Les aides à la création d’entreprise selon votre profil (2024)

Table des matières

Vous avez un projet d’activité en tête, mais vous vous sentez perdu dans le labyrinthe des aides disponibles pour la création ou la reprise d’entreprise ? Sachez que vous n’êtes pas seul! En effet, que vous soyez une femme, un entrepreneur en situation de handicap, un jeune motivé ou un bénéficiaire du RSA, un certain nombre de mesures s’appliquent à vous et vous permettent de concrétiser vos rêves entrepreneuriaux.

Dans cet article, nous allons explorer les différentes aides accessibles aux profils précédemment cités, en plus des dispositifs nationaux et régionaux qui valent pour tous les entrepreneurs, notamment parce qu’il n’est pas toujours simple de se lancer dans une telle aventure lorsqu’on sort des critères communément admis.

Être une femme entrepreneuse: les dispositifs pour la création ou la reprise d’entreprise

Les femmes entrepreneuses sont de plus en plus nombreuses, et elles ont raison, car de nombreuses initiatives leur permettent de sauter le pas en toute sécurité. Petit état des lieux des aides à la création ou à la reprise d’entreprises qui leur sont exclusivement dédiées.

Les aides financières nationales pour les femmes entrepreneuses

Le financement d’une entreprise est une question majeure pour tout entrepreneur qui souhaite créer son projet. À ce titre, les femmes bénéficient d’un certain nombre de mesures.

Parmi ces dernières, il est possible de citer la garantie ÉGALITÉ femme, sous la gestion de France Active, une solution qui remplace le FGIF (fonds de garantie à l’initiative des femmes). Cette dernière facilite l’accès aux prêts bancaires pour toutes les entrepreneuses et couvre jusqu’à 80 % d’un emprunt, dans la limite de 50 000 €, pour une durée maximale de 7 ans. Attention tout de même, car ce dispositif ne peut financer que des investissements ou un besoin en fonds de roulement.

Autre solution, le prêt d’honneur Initiative France, qui permet aux femmes entrepreneuses de renforcer leurs fonds propres et de souscrire à un prêt bancaire de facilement. Là encore, le montant du prêt dépend du projet et des besoins, mais il peut être compris entre 3 000 et 50000 €.

Pour compléter votre financement, vous pouvez aussi faire appel à un Club Local d’Épargne pour les Femmes qui Entreprennent (CLEFE). Celui-ci vous permettra d’emprunter sous certaines conditions.

Le Réseau Entreprendre revêt, quant à lui, une importance majeure pour les femmes entrepreneuses, même s’il s’agit d’un réseau mixte. Effectivement, il a spécifiquement été créé pour encourager l’entrepreneuriat féminin et soutient toutes les dirigeantes, peu importe le stade de développement et de croissance de leur entreprise. Son intervention se fait à travers un accompagnement de paires à paires, mais aussi par le biais d’un prêt d’honneur pouvant aller de 15 000 à 50000 €.

Notons qu’il existe un large panel de réseaux d’accompagnement dédiés aux femmes entrepreneuses, avec par exemple:

  • Les Premières, qui propose un accompagnement personnalisé, des formations, des outils et des ressources;
  • Force Femmes, qui accompagne les femmes de plus de 45 ans souhaitant créer ou reprendre une entreprise et qui propose un accompagnement individuel, des formations, des ateliers et des événements;
  • Femmes & Challenge, qui soutient les femmes entrepreneuses en difficulté à travers un accompagnement personnalisé, des formations, des outils et des ressources;
  • Initiative France, qui finance et accompagne les entrepreneuses, et qui propose des prêts d’honneur, des garanties bancaires et des formations.

Les dispositifs régionaux pour les femmes entrepreneuses

En premier lieu, il faut savoir que de nombreux plans d’action régionaux s’adressent spécifiquement à l’entrepreneuriat des femmes. Avant d’aller plus loin dans votre projet, il paraît donc judicieux de contacter les services compétents de votre région, car ce sont les plus à même de vous orienter vers les solutions en place.

Parmi les exemples possibles, citons le réseau EFOIR, mis en place par l’association Entreprendre au Féminin Océan Indien-Réunion, qui accompagne les femmes entrepreneuses basées dans la région concernée par l’appellation. Celui-ci est constitué de nombreuses cheffes d’entreprises qui partagent leurs expériences, leur savoir et leur carnet de contacts.

Travailleurs handicapés : quelles aides pour lancer une entreprise ?

Vous êtes un entrepreneur handicapé et vous recherchez de l’aide pour votre projet ? Plusieurs prêts et dispositifs sont à votre disposition.

Pour commencer, vous pouvez solliciter l’AGEFIPH, l’Association de Gestion du Fonds pour l’Insertion Professionnelle des Personnes Handicapées, puisque cette structure propose des aides financières spécifiques aux créateurs ou repreneurs handicapés, ainsi qu’un accompagnement personnalisé. Toutes les informations nécessaires, en fonction de votre situation, sont disponibles sur leur site Web.

Cependant, l’AGEFIPH n’est pas le seul organisme à contacter, puisque vous pouvez aussi faire appel à :

  • Cap emploi, qui accompagne les personnes handicapées dans leur parcours professionnel en proposant des aides financières ou techniques aux entrepreneurs concernés;
  • H’up entrepreneurs, une association qui accompagne les entrepreneurs handicapés dans leur projet de création ou de reprise d’entreprise, et ce, via des formations, des accompagnements ou des mises en relation avec des professionnels;
  • au Réseau Entreprendre, qui accompagne tous les créateurs d’entreprises en difficulté par le biais de prêts d’honneur, de conseils et d’un accompagnement personnalisé.

Bien sûr, chaque réseau a ses propres spécificités. Il convient donc de bien comparer leurs services avant de choisir celui qui vous convient le mieux.

Les aides à la création ou à la reprise d’entreprise pour les jeunes de moins de 30 ans

Il n’est pas non plus toujours simple de créer ou de reprendre une entreprise lorsqu’on est un jeune entrepreneur. Il faut dire que malgré des idées innovantes, le manque d’expérience et de financement peut devenir un véritable problème. Heureusement, la France est un pays qui sait apprécier la motivation de sa jeunesse et qui la soutient à travers plusieurs dispositifs d’aide.

Les aides sociales et fiscales dédiées aux jeunes entrepreneurs

D’une part, en tant que jeune entrepreneur de moins de 30 ans, vous bénéficiez évidemment des mêmes dispositifs que les autres entrepreneurs, à commencer par l’ACRE en micro-entreprise. L’exonération partielle des charges sociales permise par cette mesure vous permet de souffler durant les 12 premiers mois de votre activité.

D’autre part, sachez que sous certaines conditions, vous pouvez profiter du statut de la «jeune entreprise universitaire» (JEU), qui confère des avantages semblables à celui de la «jeune entreprise innovante» (JEI). Toutefois, parmi les nombreux critères qu’il faut respecter, les activités éligibles doivent notamment être dirigées ou détenues directement à hauteur de 10 % minimum du capital par:

  • des étudiants;
  • des personnes titulaires d’un master ou d’un doctorat depuis moins de 5 ans;
  • des personnes affectées à des activités d’enseignement ou de recherche.

L’accompagnement proposé aux entrepreneurs de moins de 30 ans

Parmi les solutions d’accompagnement qui s’offrent à vous si vous êtes entrepreneur de moins de 30 ans, la prime jeune de 3 000 € peut vous donner un véritable coup de pouce pour le démarrage de votre activité.

Quant au dispositif «1 jeune 1 mentor», il offre un programme de mentorat d’une durée minimum de 6 mois aux entrepreneurs âgés de 18 à 30 ans, en sachant que les mentors sont des entrepreneurs aguerris ou d’anciens entrepreneurs ayant rencontré le succès. Leur rôle est d’accompagner les jeunes créateurs qui n’ont pas encore atteint une autonomie financière.

Autre cas de figure, le plan«1 jeune 1 solution», qui prévoit une aide de 3 000 € aux créateurs d’entreprise de moins de 30 ans, tout en facilitant l’accès aux autres financements, qu’il s’agisse de micro-crédits ou de crédits bancaires.

Les dispositifs régionaux pour les jeunes entrepreneurs

Tout comme pour les entrepreneurs au sens large du terme, les jeunes entrepreneurs peuvent bénéficier de certaines aides régionales. Pour en savoir plus, n’hésitez pas à consulter le site internet de votre région.

Par exemple, en Centre-Val de Loire, le Pass Création propose un accompagnement aux jeunes de 18 à 25 ans révolus. Il en va de même dans les Hauts-de-France avec les projets CLAP (Comité Local d’Aide aux Projets des Jeunes). Enfin, dans les DOM-TOM, le Projet Initiative Jeune accorde une subvention d’un montant maximum de 9378 € aux jeunes créateurs d’entreprise âgés de 18 à 30 ans, à condition qu’il s’implante dans un département d’outre-mer (Martinique, Guadeloupe, Guyane, Réunion, Mayotte), à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin ou à Saint-Pierre-et-Miquelon.

Les aides à la création de l’entreprise pour les entrepreneurs au RSA

Pour faciliter leur réinsertion professionnelle, les entrepreneurs au RSA ont aussi quelques avantages à lancer leur entreprise, comme avec le dispositif NACRE ou le cumul du RSA. Explorons ces possibilités pour y voir plus clair.

Quelles aides financières pour les entrepreneurs au RSA?

Votre statut de bénéficiaire du RSA n’est en rien un obstacle à votre projet entrepreneurial. Au contraire, vous disposez des mêmes droits que les autres entrepreneurs, à commencer par le dispositif NACRE qui peut vous aider à obtenir un prêt à taux zéro et un accompagnement sur 3 ans.

De même, l’ACRE vous permet de bénéficier d’une exonération de charges sociales, facilitant ainsi le lancement de votre activité. Le micro-crédit, soutenu par l’État, vous est également accessible, avec des taux préférentiels.

Mais ce qui est sans doute le plus positif, c’est que vous pouvez cumuler votre RSA avec un éventuel statut d’auto-entrepreneur si vos ressources sont faibles et respectent les plafonds fixés par la loi. Évidemment, plus vous gagnez de l’argent avec votre activité, moins vous touchez de RSA.

Signalons aussi que les bénéficiaires du RSA qui souhaitent se lancer dans la création d’une entreprise peuvent bénéficier de l’APRE, l’aide personnalisée au retour à l’emploi, sous certaines conditions. Ce dispositif vise en effet à uniquement prendre en charge:

  • des réparations sur un véhicule;
  • l’achat d’une voiture (jusqu’à 1000 €);
  • l’assurance d’un véhicule;
  • des frais vestimentaires pour une tenue professionnelle ;
  • le permis de conduire;
  • des frais de garde de jeunes enfants;
  • des frais liés à l’obtention d’un diplôme.

L’accompagnement et les conseils pour les créateurs au RSA

Créer une entreprise requiert des compétences spécifiques et une connaissance du marché sur lequel vous allez vous positionner. Heureusement, un accompagnement spécialisé est possible, au sein par exemple des Chambres de Commerce et d’Industrie (CCI) locales, ainsi que de Pôle emploi, qui proposent des ateliers et conseils adaptés à votre profil.

Non seulement ces structures vous guideront dans les formalités, à commencer par le choix de votre statut juridique, mais elles sauront aussi vous aider pour votre étude de marché, votre business plan, et bien plus encore.

Les structures de soutien et autres réseaux d’entrepreneurs pour les créateurs au RSA

En étant entrepreneur au RSA, vous n’êtes pas isolé des réseaux susceptibles de vous accompagner. L’Adie peut à ce titre vous apporter son aide, que ce soit par le biais d’un accompagnement ou de l’obtention d’un prêt. De même, les organismes habituels, à l’image du Réseau Entreprendre, ont aussi la possibilité de vous guider et de vous soutenir dans votre projet.

À ce stade de votre lecture, vous avez sans doute compris que, peu importe votre profil, une multitude de dispositifs vous aide à concrétiser votre entreprise. Femme, jeune de moins de 30 ans, travailleur handicapé ou bénéficiaire du RSA, vous avez l’opportunité de vous lancer à moindre risque. Alors, n’attendez plus!

Si vous souhaitez en savoir plus sur les aides de l’État à la création d’entreprise, nous vous recommandons de lire ces autres pages :

Agence Juridique est une plateforme de services juridiques en ligne qui offre à tous les entrepreneurs – quelle que soit la taille de leur entreprise – de gérer l’ensemble de leurs démarches administratives, juridiques et comptables.

Inscription newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir en exclusivité nos derniers conseils pour les entrepreneurs et tout savoir sur l’actualité juridique des entreprises.

Copyright 2017 - 2023 : Agence Juridique