Bénéficier de l’aide au retour à l’emploi (ARE) : formalités

Table des matières

Face à la perte d’un emploi ou à la fin d’un contrat de travail, nombreux sont celles et ceux qui se retrouvent en quête de nouvelles opportunités et d’un soutien financier. C’est en particulier le cas des demandeurs d’emploi qui souhaitent se lancer dans la création ou la reprise d’une entreprise pour reprendre une activité. Or, dans ce cas de figure, Pôle emploi (nouvellement renommé « France Travail ») se présente comme la première étape incontournable, puisque l’organisme ne se contente pas de verser l’allocation d’aide au retour à l’emploi ; il offre également un accompagnement adapté à chaque situation professionnelle. En vous inscrivant à Pôle emploi, vous pourrez ainsi bénéficier d’une panoplie de services en ligne, mais aussi d’une aide précieuse pour votre projet de création d’entreprise.

De l’inscription initiale à l’actualisation mensuelle, en passant par la demande d’allocation, cet article détaille, étape par étape, les démarches à suivre et les obligations à respecter pour maximiser vos chances d’être soutenu et de bénéficier pleinement de vos droits.

Étape n°1 : s’inscrire à Pôle emploi

Vous avez perdu votre emploi ou vous l’avez quitté pour une raison légitime ? La première des démarches à accomplir est de vous inscrire à Pôle emploi. Cela vous permettra non seulement d’être accompagné tout au long de votre recherche d’une nouvelle activité, mais aussi de bénéficier de l’allocation chômage.

Comment s’inscrire à Pôle emploi ?

Pour vous inscrire à Pôle emploi, vous pouvez bien entendu aller dans votre agence locale où des bornes en libre-service sont à votre disposition. Mais sachez qu’il est aussi facile de s’inscrire en ligne ! Il vous suffit de vous rendre dans l’espace « m’inscrire/me réinscrire » sur le site pole-emploi.fr. Et si vous préférez le contact téléphonique, Pôle emploi propose un service d’inscription via le numéro 3949.

Gardez à l’esprit que plus vous tardez à vous inscrire à Pôle emploi, plus votre indemnisation sera repoussée en conséquence, d’autant plus qu’il y a un délai approximatif d’une à deux semaines pour la mise en route du processus. De même, n’oubliez pas que vous disposez de 12 mois après la fin de votre dernier contrat de travail pour vous inscrire et faire valoir vos droits. En cas de maladie, d’accident ou de formation, ce délai peut toutefois être revu à la hausse.

Quelles sont les informations demandées à l’inscription ?

Lors de votre inscription, certaines informations vous seront demandées. Il s’agit notamment de :

  • votre situation administrative, comme les dates de votre dernier contrat de travail, le type d’emploi que vous recherchez, vos compétences, etc. ;
  • vos références bancaires (RIB) pour le versement des indemnités ;
  • vos données personnelles, qu’il s’agisse de votre âge, votre état de santé, vos revenus précédents et vos autres ressources.

Si vous avez déjà été inscrit à Pôle emploi par le passé, le processus est évidemment simplifié. En effet, votre espace personnel garde vos données en mémoire pendant 6 mois. Ainsi, lors de la réinscription, le service en ligne vous reconnaîtra et vous n’aurez plus qu’à mettre à jour les informations nécessaires.

Quelles sont les obligations post-inscription à Pôle emploi ?

Après votre démarche, en ligne ou par téléphone, Pôle emploi vous conviera à un rendez-vous professionnel. Dans la majorité des cas, vous recevrez cette invitation par e-mail ou par courrier. Sachez que cet entretien avec un conseiller Pôle emploi est capital, puisqu’il valide votre inscription comme demandeur d’emploi et, par la même occasion, votre droit aux allocations chômage. Vous devez donc vous assurer d’y être présent.

Étape n°2 : déposer une demande d’allocation d’aide au retour à l’emploi

Lors de votre inscription à Pôle emploi, votre demande d’allocation d’aide au retour à l’emploi (ARE) est traitée simultanément. En effet, ce processus est automatique. Vous n’avez pas à entreprendre de démarches supplémentaires.

En règle générale, les documents essentiels pour calculer votre allocation, tels que vos bulletins de salaire, attestations des employeurs ou informations sur vos anciennes entreprises, sont déjà en possession de Pôle emploi. Ces données proviennent de vos précédents responsables ou d’organismes de protection sociale, comme votre caisse d’assurance maladie.

Il n’est pas exclu pour autant que vous deviez fournir un certain nombre de documents supplémentaires, auquel cas vous serez sollicité pour les télécharger directement dans votre espace personnel en ligne.

Une fois votre demande traitée, vous recevrez une réponse de Pôle emploi. Trois scénarios sont alors possibles :

  • vos droits sont ouverts et un courrier vous informe du montant, de la durée d’indemnisation et de la date du premier versement, tout en précisant vos obligations ;
  • votre demande est refusée pour un motif qui vous est expliqué ;
  • des droits non utilisés d’une précédente inscription (délai maximum de 3 ans) sont réactivés.

Attention, veillez à bien conserver le courrier qui vous informe de vos droits à l’ARE, car ce dernier pourrait vous être demandé ultérieurement, en particulier au moment de votre retraite.

Étape n°3 : s’actualiser et répondre aux obligations de Pôle emploi

Vous avez franchi les étapes de l’inscription et de la demande d’allocation d’aide au retour à l’emploi ? Bravo, vous avez fait le plus dur. Cependant, maintenant que vous avez obtenu ce droit, vous devez vous assurer de le maintenir. Car oui, bénéficier de l’allocation chômage vous met face à certaines obligations incontournables.

Pour commencer, vous devez vous actualiser tous les mois. Cette formalité permet d’informer Pôle emploi de votre situation actuelle. Est-ce que vous êtes toujours en recherche d’un emploi ? Avez-vous repris une activité professionnelle, suivi une formation ou rencontré des changements dans votre situation personnelle ? Toutes ces informations sont primordiales pour assurer la continuité de vos allocations chômage ou, au contraire, pour suspendre ou ajuster le montant si votre situation professionnelle a évolué.

La démarche d’actualisation est relativement simple, puisqu’il vous suffit de passer par le site de Pôle emploi, généralement entre le 28 du mois en cours et le 15 du mois suivant. Depuis votre espace personnel, vous accédez à un service rapide et intuitif. Si vous n’avez pas accès à internet à la maison, des bornes de service sont mises à votre disposition dans les agences Pôle emploi.

Outre l’actualisation mensuelle, Pôle emploi vous oblige aussi à répondre à ses sollicitations. C’est par exemple le cas avec :

  • les entretiens, des rendez-vous réguliers avec votre conseiller Pôle emploi que vous devez suivre assidûment ;
  • les offres d’emploi, surtout lorsqu’elles sont adaptées à votre profil et à vos compétences, en sachant qu’un refus non justifié peut impacter votre droit à l’ARE ;
  • les formations, car en fonction de votre profil et des besoins du marché du travail, Pôle emploi peut vous proposer de vous former à un nouveau métier pour augmenter vos chances de retrouver un travail.

Si vous ne répondez pas à ces propositions, il y a fort à parier que le versement de votre allocation d’aide au retour à l’emploi sera stoppé.

Ce qu’il faut retenir, c’est que connaître le chômage est un défi que bien des salariés rencontrent à un moment ou à un autre de leur parcours professionnel. Mais il est essentiel de savoir que des structures comme Pôle emploi sont là pour vous soutenir durant cette transition. De votre inscription à votre actualisation mensuelle, chaque étape joue un rôle crucial pour vous permettre de bénéficier de vos droits et du soutien nécessaire à votre retour à l’emploi. En respectant ces démarches et en restant proactif, vous maximisez vos chances de rebondir rapidement. Profitez des ressources, des aides et des services mis à votre disposition, et faites de cette période une opportunité pour concrétiser vos projets entrepreneuriaux.

Ces guides peuvent vous intéresser :

FAQ : Vos questions les plus fréquentes

Pour aller plus loin dans votre étude de l'allocation d'aide au retour à l'emploi et de tout ce qui concerne vos droits à l'allocation chômage, faites un tour des questions les plus fréquemment posées par les autres entrepreneurs.

No results!
  • Quelle est la différence entre ARCE et ARE ?

    L'ARE (allocation d'aide au retour à l'emploi) est une allocation chômage versée mensuellement aux demandeurs d'emploi involontairement privés de leur travail. L'ARCE (aide à la reprise ou à la création d'entreprise) est, quant à elle, une aide financière versée sous forme de capital aux demandeurs d'emploi qui souhaitent créer ou reprendre une entreprise. En optant pour l'ARCE, l'allocataire renonce à percevoir l'ARE.

  • Si je perçois le RSA, puis-je également bénéficier de l'ARE ?

    Oui, il est possible de cumuler RSA (revenu de solidarité active) et ARE dans certaines conditions. Toutefois, le montant de l'ARE perçu peut influencer celui du RSA, qui est calculé en prenant en compte l'ensemble des ressources du foyer.

  • Un salarié qui vient de démissionner a-t-il droit à l'ARE ?

    En général, un salarié qui démissionne n'a pas droit à l'ARE ni à la moindre allocation chômage. Cependant, il existe des cas de démissions considérées comme légitimes (par exemple, le suivi d’un conjoint, une mutation, etc.) où le salarié peut prétendre à l'ARE après un entretien avec Pôle emploi et une évaluation de la situation.

  • Comment le statut de micro-entrepreneur affecte-t-il l'éligibilité à l'ARE ?

    Un micro-entrepreneur peut prétendre à l'ARE s'il perd un emploi salarié en parallèle. Toutefois, ses revenus de micro-entreprise sont pris en compte pour le calcul de l'allocation. S'il ne déclare aucun chiffre d'affaires, il peut percevoir l'ARE intégralement, mais si ses revenus dépassent un certain seuil, l'ARE peut être réduite ou supprimée.

  • Mon employeur refuse de me fournir mon attestation. Puis-je toujours demander l'ARE ?

    L'attestation employeur est essentielle pour le traitement de votre demande par Pôle emploi. Sans ce document, les versements seront inévitablement retardés. En cas de refus de votre employeur, il est recommandé de le mettre en demeure de vous fournir ce document et, si nécessaire, de solliciter une aide juridique.

Agence Juridique est une plateforme de services juridiques en ligne qui offre à tous les entrepreneurs – quelle que soit la taille de leur entreprise – de gérer l’ensemble de leurs démarches administratives, juridiques et comptables.

Inscription newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir en exclusivité nos derniers conseils pour les entrepreneurs et tout savoir sur l’actualité juridique des entreprises.

Copyright 2017 - 2023 : Agence Juridique