News Agence-Juridique vient d’intégrer le groupe de média les Affiches Parisiennes et devient l’acteur numéro 1 des formalités juridiques en ligne

01 76 54 81 37
Ouvrir une épicerie : notre guide pratique

Ouvrir une épicerie : notre guide pratique

Mini-sommaire :
Ouvrir une épicerie : notre guide pratique

 

Une entreprise en ligne peut être détenue par une seule personne ou par plusieurs personnes. Cette nouvelle forme d'entreprise présente de multiples avantages et vous donne accès à une plateforme d'échange très développée aujourd'hui : le e-commerce.

La création d'entreprise sous la forme d’une épicerie est votre rêve ? Un choix audacieux mais potentiellement très rentable et opportun. D’autant plus que la tendance actuelle est celle du retour à une consommation plus locale et de proximité : le contact avec son épicier est plus recherché que l’hypermarché de banlieue.

Néanmoins, avant de se lancer dans l’ouverture d’une épicerie, mieux vaut avoir une bonne idée d'où l'on met ses pieds. Préparation du projetfinancement, choix d’un cadre juridiqueétude de marché, plan marketing, afin de vous assurer de la réussite de votre projet, il est absolument indispensable de bien le préparer, quitte à vous faire accompagner par un professionnel du secteur de la création d’entreprise pour vous aider dans la réalisation de toutes les démarches généralement très formalisées. La clé du succès pour créer votre entreprise en ligne.

Nous avons donc choisi de vous aider à y voir plus clair et à bien cerner les différentes problématiques qui se poseront à vous lors de l’ouverture de votre épicerie, à travers ce guide pratique.

Qui peut ouvrir une épicerie ?

Toute personne peut en principe procéder à l'ouverture d'une épicerie !

En effet, les dispositions légales ou réglementaires actuelles ne prévoient aucune obligation en matière de diplômequalificationformation obligatoire ou expérience pour l’ouverture d’une supérette. Néanmoins, il est fortement conseillé de disposer d’un minimum de compétences en gestion et de connaissances dans le domaine du droit de la consommation, des techniques commerciales ou marketing, ainsi que des méthodes de gestion de stock. Ouvrir une épicerie nécessite en effet de nombreuses compétences très diverses.

Il faudra notamment veiller à respecter la règlementation et les obligations applicables à l'épicier :

  • Règlementation quant au respect de l'hygiène : respect de la chaine du froid, port de gants et de charlottes, absence de nuisibles, etc. ;
  • Règlementation applicable aux établissements accueillant du public (ERP) ;
  • Conformité aux normes d'accessibilité du public : le commerce doit notamment être en capacité d'accueillir des personnes handicapées ou a mobilité réduite (rampes d'accès, espace permettant l'utilisation d'un fauteuil roulant, etc.) ;
  • Affichage des prix ;
  • Obtention d'une licence IV pour la vente d'alcool avec consommation sur place : pour exploiter cette autorisation, il est nécessaire d’avoir suivi une formation pour l'obtention du permis d'exploitation. Nos équipes se tiennent à votre disposition pour vous accompagner dans les démarches d’obtention.

Chiffre d'affaires, marge : est-ce rentable d'ouvrir une épicerie ?

Quel budget pour ouvrir une épicerie ?

Comme c'est le cas pour de nombreuses activités commerciales, la création d'une épicerie (épicerie fine ou épicerie bio par exemple) suppose un investissement de départ important. De nombreux frais sont à prendre en compte :

  • Frais de création de votre structure : tout dépend ici de la forme juridique sélectionnée. Si les frais de création d'une auto-entreprise sont souvent nuls, ils se révèlent plus importants lors de la constitution d'une société (frais de rédaction des statuts, de publication dans un journal d'annonces légales (JAL), de gestion de dossier auprès du centre de formalités des entreprises compétent, etc.) ;
  • Investissement en matériel : équipements frigorifiques, postes informatiques, caisse automatique, etc. ;
  • Achat de l'inventaire : il s'agit des produits que vous vendrez par la suite ;
  • Location ou achat d'un local adapté ;
  • Réalisation d'une étude de marché, d'un business plan et élaboration d'un budget marketing afin d'assurer le lancement de l'activité.

On évalue généralement le budget nécessaire à l'ouverture d'une épicerie à 145 000€ environ. Cependant, il est possible de réduire certains frais en réalisant vous-même la rédaction des statuts, de l'avis de création à publier au JAL, l'étude de marché et le business plan.

La rentabilité d'une épicerie

Une épicerie est rentable si l'ensemble des dépenses ne dépasse pas le chiffre d'affaires généré. Tout dépend alors de plusieurs facteurs :

  • Le chiffre d'affaires réalisé : il se situe en général entre 60000 et 150000€,
  • Le prix de vente et la marge réalisée sur le vente des produits,
  • Les dépenses récurrentes : achat du stock, dépenses administratives, charges de personnel, marketing, remboursement d'un prêt, loyer, etc.

Ouvrir son épicerie : les étapes importantes

Étape 1 : Réaliser une étude de marché

Réaliser une étude de marché est la seule véritable garantie d’un projet de lancement réfléchi, soigneusement étudié et préparé.

Une étude de marché permet à l'entrepreneur de connaitre les caractéristiques du marché sur lequel il souhaite se lancer : tendances du secteur, zone d'implantation, nombre de clients potentiels et produits recherchés (épicerie bio par exemple), fréquence d'achat, panier moyen, etc.

L'étude de marché est une étape cruciale pour l'ouverture d'une épicerie, car elle attirera votre attention sur les problématiques potentielles que vous pourrez rencontrer, vous amènera à réfléchir à des solutions concrètes pour y remédier et vous aidera à voir clair dans votre stratégie, notamment en vue du développement de l’épicerie.

En effet, avec une hausse de 76% des commerces alimentaires de proximité en 10 ans (d’après la DGCCRF), et pourtant une baisse globale du chiffre d’affaire pour le secteur, inutile de préciser que de nombreuses épiceries mettent chaque année la clé sous la porte, faute d’une demande suffisante, d’une concurrence féroce, mais également d’erreurs stratégiques pourtant évitables et d’un marché mal étudié. Pourtant avec plus de 15 milliards d’euros de chiffre d’affaires, le marché est bien là.

Étape 2 : Monter un business plan

Indispensable lors de la création d'une entreprise, le business plan est un document qui renferme une présentation du projet et vise à démontrer la solidité financière du projet. Il se révèle souvent d'une très grande utilité lors du dépôt de dossier de demande de financement auprès de banques et d'investisseurs potentiels.

Pour monter un business plan, l'entrepreneur devra composer celui-ci en plusieurs parties :

  • Fourniture et analyse de données chiffrées ou de statistiques ;
  • Explication des conclusions tirées, et de l’impact sur votre stratégie ;
  • Étude du marché, sa clientèle, la concurrence, la zone de chalandise, et les besoins ;
  • Démontrer en quoi votre épicerie sera en mesure de se distinguer de la concurrence, répondre à un besoin existant et ainsi se faire une place sur le marché ;
  • Inscrire une stratégie chiffrée de développement à court et moyen terme : prévisionnel financier.

Étape 3 : Choisir la forme juridique adaptée

Après la réalisation d'une étude de marché et d'un business plan, il convient de sélectionner la forme juridique de votre nouvelle entreprise. De nombreux statuts juridiques s’offrent à vous afin de procéder à la création de votre épicerie. Si aucun d’entre eux n’est parfait, chacun apporte son lot d’avantages et d’inconvénients, visant à répondre à tous les types de besoins et types d'épicerie.

Ainsi, de nombreux critères permettent de choisir entre les formes juridiques proposées par le droit des sociétés (SA, SARLSASSASUEURL, entreprise individuelle, etc.) :

  • Nombre d’associés : certaines formes juridiques ne sont accessibles qu’à un associé unique (SASU, EURL…), tandis que d’autres comme la SARL nécessitent au moins deux associés,
  • Capital social : celui-ci peut être fixe ou variable, et comporte ou non un montant minimal,
  • Responsabilité des associés : la responsabilité des associés peut être illimitée ou limitée au montant des apports, conjointe ou solidaire,
  • D’autres paramètres peuvent également entrer en ligne de compte, comme la facilité de cession des titres, la souplesse statutaire accordée aux associés ou encore le régime fiscal imposable (impôt sur les sociétés à 31% sauf taux réduit pour les premiers 38 120 € de chiffre d’affaires, ou impôt sur le revenu).

Quelques conseils pour l’ouverture de votre épicerie

Toutes les étapes à suivre sont absolument indispensables au bon démarrage de votre épicerie. Nous vous invitons à les respecter avec beaucoup d’attention :

  • Démarcher les établissements bancaires : trouver un financement prend beaucoup de temps. N’hésitez pas à faire jouer la concurrence, présentez votre business plan et votre étude de marché ;
  • Repérez un local adapté: ni trop grand (coût inutile), ni trop petit (aspect “fouilli” et peu professionnel, difficultés pour la gestion efficace de l’achalandage). Mais surtout bien situé, à proximité des habitations et de ses nombreux consommateurs, mais aussi à proximité des commodités de transport (emplacements de stationnement, arrêt de bus, gare, etc.) ;
  • Déterminez le plus précisément possible vos besoins en matériel (stock initial, rayonnages, matériel d’encaissement, mobilier réfrigéré, moyens de paiement, frais de lancement et souscription des abonnements fixes : téléphonie, eau, électricité, terminal de paiement, agent de sécurité, etc.) ;
  • Prévoyez le personnel qui sera nécessaire selon la taille de votre épicerie : pensez au personnel d’accueil ou d’encaissement (en tenant compte des rotations selon les horaires de travail légaux), de responsables d’approvisionnement, personnel marketing, etc. ;
  • Préparer un plan de communication marketing à l’occasion du lancement de votre épicerie, afin d’attirer la clientèle, mais également la fidéliser : démarchage, flyers, communication sur les réseaux sociaux, site internet, spots publicitaires, etc. N’hésitez pas, à cette occasion, à prévoir une offre de bienvenue sous forme de bon d’achat ou encore un mécanisme de fidélisation. L’objectif est simple : attirer une clientèle nombreuse à la découverte de votre épicerie, et lui donner envie de revenir.

Faut-il ouvrir une épicerie en indépendant ou en franchise ?

Deux possibilités s’offrent à vous dans le cadre d’un démarrage de votre activité : lancer votre épicerie indépendante ou rejoindre un réseau de franchise.

Ouvrir une franchise présente l’intérêt de bénéficier du réseau d’une enseigne déjà implantée et reconnue, de sa compétence, ses supports de communication, ses fournisseurs et sa centrale d’achat/plateforme logistique. Votre épicerie bénéficiera alors de la marque qui s’y rattache, simplifiant grandement le lancement et attirant de nombreux clients, rassurés par la présence d’une enseigne connue et reconnue.

L’inconvénient majeur est naturellement celui du versement de droits d’entrée dans le réseau de franchise, mais également d’une redevance sous forme d’un pourcentage du chiffre d’affaires, généralement.

Questions fréquentes

Comment ouvrir une petite épicerie de nuit ?

Si l'ouverture d'une épicerie de nuit est une activité un peu différente du fait de ses horaires, les formalités de création ne sont pas différentes de la création d'une épicerie classique. Elle est cependant soumise à une réglementation un peu plus contraignante.

En effet, les épiceries de nuit étant des lieux de vente d'alcool, il sera particulièrement important de suivre une formation spécifique auprès d'un organisme agréé par l'État. L'objectif est alors de sensibiliser l'entrepreneur aux enjeux de santé publique liés à la vente et à la consommation d'alcool, mais également aux éventuelles nuisances que pourraient provoquer l'établissement auprès des riverains.

De plus, le processus de recrutement de personnel peut également se révéler un peu plus compliqué du fait des horaires inhabituels. Il convient d'être honnête avec les candidats et de s'assurer que le travail de nuit ne les rebute pas, sous peine de faire face à un important turnover.

Comment ouvrir une épicerie sociale/solidaire ?

Une épicerie sociale et solidaire est un commerce de proximité qui permet aux personnes dans le besoin de bénéficier de prix de 10 à 30% moins cher sur des produits de grande consommation. Un tel projet permet alors de répondre aux problématiques de société et de santé publique. Afin d'ouvrir une épicerie sociale et solidaire, il convient :

  • Tout d'abord, de définir le projet : organiser une réunion d'échange avec la communauté locale pour évaluer la pertinence d'un tel établissement, se renseigner sur le nombre de familles qui font régulièrement appel à de l'aide alimentaire, se renseigner sur les structures déjà présentes offrant de tels services, etc. ;
  • Choisir un statut juridique : le statut d'association est particulièrement bien adapté à l'activité d'épicerie solidaire.

 

Si vous souhaitez ouvrir votre épicerie, rendez-vous sur le formulaire en ligne d'Agence Juridique.

Pour plus d’informations concernant l'ouverture de votre épicerie, Agence Juridique se tient à votre disposition, alors n'hésitez pas à nous contacter !

AGENCE JURIDIQUE
Tel : 01 76 54 81 37

Notre équipe est joignable de 9h30 à 12h30 et de 14h à 18h

En cours (3 min):Ouvrir une épicerie : notre guide pratique

Je veux créer ma SASU

Choisissez votre statut

Si vous n'êtes pas sûre de votre choix, vous pouvez consulter notre comparatif de forme juridique.

Choisissez votre statut

Si vous n'êtes pas sûre de votre choix, vous pouvez consulter notre comparatif de forme juridique.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d'optimiser votre experience
En savoir plus.
Ok