News Agence-Juridique vient d’intégrer le groupe de média les Affiches Parisiennes et devient l’acteur numéro 1 des formalités juridiques en ligne

01 76 54 81 37
Reprise d’entreprise : toutes les informations pratiques

Reprise d’entreprise : toutes les informations pratiques

Mini-sommaire :
Reprise d’entreprise : toutes les informations pratiques

Reprendre une entreprise est un cap franchi par plus de 75 000 entrepreneurs chaque année en France. D’autant plus que le nombre d’entreprises cédées devrait encore croître dans les années à venir en raison notamment de la conjoncture démographique.

La reprise d’entreprise représente un projet complexe et généralement très coûteux, mais qui offre une alternative généralement très attractive à la création d’entreprise. En effet, reprendre une entreprise, c’est s’appuyer sur une activité déjà constituée et implantée, généralement rentable et qui permet ainsi d’éviter l’étape très délicate et fragile du lancement d’activité.

Afin de vous permettre de préparer votre reprise d’entreprise dans les meilleures conditions et de sécuriser ce projet, nous vous proposons à travers cet article de faire le point sur toutes les informations pratiques à savoir avant de franchir le pas.

 

Reprendre une entreprise: pour quel projet ?

La première étape peut paraître évidente, mais elle est généralement sous-estimée par de nombreux repreneurs. Et pourtant, il est indispensable de se poser les bonnes questions sur le projet de reprise, autrement dit déterminer le profil d’entreprise que l’on souhaite reprendre.

Pour ce faire, il est nécessaire dans un premier temps de déterminer un domaine d’activité précis. Selon qu’il s’agisse d’une reprise de première entreprise ou non, il peut ainsi être intéressant notamment de rechercher une activité complémentaire à celle de votre entreprise actuelle. Pensez également à fixer une zone géographique particulière (particulièrement intéressant si vous souhaitez conquérir de nouveaux marchés sur lesquels vous n’êtes pas implanté initialement), une typologie cible ainsi qu’une taille d’entreprise adaptée à votre projet.

Bon à savoir: N’écartez pas par principe la reprise d’une entreprise en reconversion ou en difficultés: à condition que les difficultés soient passagères ou facilement redressables, vous pouvez ainsi effectuer une très bonne affaire à la reprise d’une telle entreprise. Dans tous les cas, n’hésitez pas à faire auditer les comptes de la société dont vous envisagez la reprise.

 

Analyser et valoriser l’entreprise ciblée

Lorsque vous avez repéré par vos réseaux ou à l’aide d’un intermédiaire une entreprise à céder qui vous convient, il est alors nécessaire de vous pencher en détail sur celle-ci. L’objectif étant de mieux connaître l’entreprise, savoir exactement quelle est sa situation, sa valorisation ainsi que les difficultés potentielles que vous pourriez rencontrer. Autrement dit, il s’agit pour vous de vous assurer que l’entreprise est viable, qu’elle vous convient réellement mais également de récolter un maximum de cartouches dans le cadre d’une négociation à venir avec le dirigeant cédant.

Pour ce faire, vous devez vous renseigner au maximum sur l’entreprise et ses dirigeants: analyser les points forts et les faiblesses, étudier la stratégie, évaluer ses perspectives d’avenir ainsi que son créneau sur le marché, connaître l’effectif détaillé de l’entreprise, les motifs entraînant la cession de l’entreprise etc. Ces informations cruciales vous permettront de vous faire une bonne idée sur l’entreprise. N’hésitez pas à les demander directement auprès du cédant, et à lui demander la communication d’un certain nombre de pièces ou documents permettant de mieux connaître la société ciblée. A l’issue du premier entretien avec le dirigeant cédant, vous devez avoir obtenu les réponses à vos questions et être en mesure de vous faire une bonne idée de l’entreprise.

Vient alors le temps de l’audit d’acquisition à faire réaliser par un cabinet spécialisé mandaté par vos soins. Une étape que nous vous recommandons notamment si le projet est relativement important. Ce professionnel sécurisera au maximum les informations détenues sur la société et vous donnera une bonne information sur la valorisation de la société, ainsi que votre marge de négociation.

Prenez le temps de déterminer votre fourchette haute et basse compte-tenu des éléments récoltés sur la société, avant de démarrer les négociations. Enfin, préparez un argumentaire détaillé pour appuyer vos demandes auprès du dirigeant cédant.

Préparer le plan de reprise

Une fois les négociations abouties et un accord trouvé, il est alors nécessaire de passer à la mise en oeuvre concrète de la cession.

Il s’agit de trouver le montage juridique le plus opportun dans le cadre de la réalisation concrète de l’opération de transmission. Elle peut en effet prendre de nombreuses formes, dont notamment:

  • Acquisition par l’intermédiaire d’une holding
  • Acquisition directe des parts par le repreneur personne physique auprès du cédant
  • Acquisition du fonds de commerce par une société
  • Rachat progressif des parts

Le plan de reprise doit détailler clairement les modalités du transfert de propriété et de contrôle de la société cédée. Lorsqu’une nouvelle personne morale est intercalée dans le processus, il est nécessaire d’en présenter les caractéristiques essentielles, notamment le siège social, le capital, les différents associés, la forme juridique et l’objet social.

Enfin, pensez à déterminer dans le cadre du plan de reprise les modalités de paiement et de rachat, le devenir et la transmission éventuelle des dettes actuelles de la société, ainsi que la transmission ou continuation de la garantie de passif et d’actif.

La finalisation de la reprise

Un plan stratégique de reprise doit être prévu et rédigé, prévoyant la stratégie commerciale, financière et sociale mise en oeuvre dans le cadre de la reprise et pour la poursuite de l’activité.

En outre, l’acquéreur doit détailler dans le cadre du plan de reprise global son plan de financement: apport en fonds propres, apport en capital ou en compte courant d’associé, investisseurs futurs intégrant l’entreprise, emprunts éventuels… La totalité des montants prévus dans le cadre du plan de financement doit couvrir intégralement le coût total de l’acquisition.

Lorsque l’ensemble des détails liés à l’opération de reprise sont entendus, les parties signent un protocole d’accord matérialisant par écrit l’entente sur les termes de la reprise de l’entreprise. Le prix est alors fixé de manière définitive ainsi que les modalités principales afférentes à l’opération. Un délai peut être prévu pour la réalisation des conditions suspensives éventuelles. Passé ce délai, ou une fois l’ensemble des conditions suspensives levées, la vente est alors parfaite et toutes les démarches finales liées à la cession sont réalisées. Il s’agit notamment de la signature de l’acte de vente définitif, du déblocage des fonds et du paiement du prix. La reprise de l’entreprise s’achève ainsi, avec le transfert du contrôle de la société et de la propriété des parts sociales, de manière immédiate ou à l’issue d’une éventuelle phase de transition.

 

En cours (3 min):Reprise d’entreprise : toutes les informations pratiques

Commentaires

Ajouter un commentaire

Choisissez votre statut

Si vous n'êtes pas sûre de votre choix, vous pouvez consulter notre comparatif de forme juridique.

Choisissez votre statut

Si vous n'êtes pas sûre de votre choix, vous pouvez consulter notre comparatif de forme juridique.

back to top
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d'optimiser votre experience
En savoir plus.
Ok