News Agence-Juridique vient d’intégrer le groupe de média les Affiches Parisiennes et devient l’acteur numéro 1 des formalités juridiques en ligne

01 76 54 81 37
Comment ouvrir une salle de sport ?

Comment ouvrir une salle de sport ?

Mini-sommaire :
Comment ouvrir une salle de sport ?

La musculation, cardio en salle et autres ateliers de sport en groupe devient le hobby de plus en plus de Français, Du fait de la sédentarisation progressive et des modes d’alimentation de plus en plus caloriques, les salles de sport connaissent un succès fulgurant depuis cette dernière décennie. En effet, environ 30% des Français pratiquent de la musculation et 47% des personnes réalisant du fitness le pratique dans une salle de sport. On estime aujourd’hui le marché en France à 37 milliards d’euros.

Face à cette croissance de la demande, de nombreux entrepreneurs amateurs d’activités sportives franchissent le cap en ouvrant leur propre salle de sport. Il convient dans un premier temps de s’intéresser aux préparatifs afin de mesurer la viabilité de l'investissement.  Par ailleurs, l’ouverture d’une salle de sport exige la création d’une société : il conviendra de s’orienter vers la forme la plus adaptée.

 

Viabilité financière de l’ouverture d’une salle de sport

 

L'écueil à éviter est de se lancer à l’emporte pièce sans avoir au préalable réalisé un business plan assorti de quelques éléments d’analyse indispensables.

Identification de l’offre en fonction du public cible

 

Ouvrir une salle de sport nécessite un investissement conséquent au démarrage. Le montant de l’investissement va essentiellement dépendre du positionnement marketing de la salle :

  • offre lowcost avec le strict minimum va plutôt attirer des jeunes actifs, étudiants… (Fitness Park)

  • offre moyenne-gamme (Garden Gym, Feelsport)

  • offre luxe (Club Med Gym Pure)

Chacune de ces offres s’adressent à des profils clients différents (CSP, âge, sexe, situation familiale...) , avec des besoins plus ou moins sophistiqués. Il faut bien comprendre que plus l’offre sera lowcost plus la salle de sport devra miser sur un volume d’abonnement conséquent. A contrario, une offre luxe bénéficie auprès des classes aisées d’une faible élasticité prix/demande permettant de compenser le faible volume d’abonnement par des prix élevés.

Ceci étant, il conviendra dans un premier temps d’identifier le profil de client cible situé dans la zone de chalandise de la salle de sport. A priori, les clients de salle de sport, surtout ceux qui compte s’y rendre régulièrement, vont rechercher des salles de sports à proximité de leur domicile ou de leur lieu de travail. Il conviendra de faire tant une étude qualitative que quantitative de ces personnes pour déterminer l’offre à proposer et le bon positionnement à adopter.

Identification des concurrents

 

La phase de benchmark concurrentiel est tout aussi importante dans l’analyse. Plus le nombre de concurrent est élevé plus le marché devra être partagé sans compter le fait qu’il sera plus difficile de se faire une place.

Dans un premier temps, l’identification de la concurrence effective, c’est à dire celle qui se positionne sur la même gamme et plus ou moins dans la même zone géographique,est primordial.

Puis, il faut identifier les forces et faiblesses de chacun d’entre eux afin de pouvoir se distinguer en terme d’offre.

En somme, votre offre va dépendre de la clientèle situé dans votre zone de chalandise et des concurrents existants. Si vous visez juste, votre succès sera garanti !

Franchisé ou indépendant ?

 

Une fois le type de clientèle déterminé et l’offre correspondante, il faudra opter pour la création de la salle au moyen d’une franchise ou en indépendant.

La franchise consiste pour le franchisé de bénéficier du savoir-faire, du réseau, de l’image de marque du franchiseur en contrepartie d’une rémunération (le plus souvent un pourcentage du chiffre d’affaires et éventuellement un droit d’entrée dans le réseau). La franchise peut présenter un avantage indéniable en terme d’accompagnement à la création de la salle de sport. L’entrepreneur bénéficie de toute l’expérience du réseau et d’une image de marque permettant de voir son activité en principe décoller rapidement. Il s’agit d’une solution en principe moins risquée mais plus coûteuse que l’exercice en indépendant.

Et encore, en tant qu’indépendant vos coûts d’entrée peuvent être plus élevé puisque vous ne bénéficierez de l’effet image de marque de la franchise : il s’agira de créer votre propre image/concept et de communiquer autour.

En réalité, le choix doit se faire au cas par cas. Dans un environnement fortement concurrentiel, le choix de la franchise semble être plus opportun. A contrario, si l’environnement est peu concurrentiel, vos coûts en communication et marketing n’auront pas besoin d’être conséquent, l’exercice en indépendant peut s’avérer plus avantageux financièrement.

Stratégie d’acquisition client

 

Si vous décidez de devenir franchisé, vous n’aurez pas spécialement besoin de travailler votre image de marque. En principe, il s’agit du rôle du franchiseur. Néanmoins, il sera nécessaire de communiquer autour de l’ouverture de votre salle que vous soyez indépendant ou franchisé.

Il convient de trouver le canal d’acquisition le plus efficient :

  • annonce radio locale

  • web marketing (SEO, SEA…)

  • visibilité physique de la salle (situé près d’un lieu de passage)

  • articles de presse

  • tarifs de lancement auprès des CE (Comité d’entreprises) situés à proximité

  • flyers...

Vous pouvez aussi compter sur le bouche à oreille si vos clients sont satisfaits de la prestation. Vous pouvez aussi boostez ce phénomène en transformant vos clients en ambassadeurs de la marque au moyen par exemple d’un système de parrainage (frais d’inscription gratuit pour les membres de la famille ; un mois offert pour le parrain et pour le parrainé). Ce mécanisme peut créer un véritable effet boule de neig, à ne pas négliger !

Réglementation relative à l’exploitation d’une salle de sport

 

L’exercice d’une activité sportive en salle exige le respect de certaines normes d’hygiène . De plus, le fait d'accueillir du public dans un établissement nécessite le respect des normes de sécurité des ERP tant au niveau de la lutte contre les incendies que pour assurer la sécurité des personnes.

Sport.gouv.fr (lien : http://www.sports.gouv.fr/pratiques-sportives/Les-equipements-sportifs/La-reglementation-en-matiere-d-equipements-sportifs/article/Les-principaux-textes-de-reference-pour-les-equipements-sportifs ) met à disposition la totalité des textes réglementaires applicables afin d'éviter des déboires avec l’administration.

Enfin, il n’y a pas de qualifications professionnelles exigées pour le dirigeant. Néanmoins, les moniteurs de la salle, le personnel encadrant, professeur et coach doivent justifier d’un diplôme reconnu par l’Etat.

Choisir le statut juridique

 

Eu égard à l'investissement nécessaire et les risques non négligeable de faillite, il est impératif de s’orienter vers des sociétés commerciales à responsabilité limitée. Par responsabilité limitée, il est entendu que les associés/actionnaires (ceux qui ont apporté l’argent et les biens nécessaires à la création de l’entreprise) ne peuvent pas perdre plus que ce qu’ils ont apporté. Leur patrimoine personnel est donc protéger en cas de faillite. Pour dire les choses simplement, vous ne perdez que votre mise initiale.

Il existe deux types de sociétés usuellement considérés pour créer une salle de sport :

  • la SAS ou SASU (si il n’y a qu’un seul actionnaire)

  • la SARL ou EURL (si la société ne comporte qu’un associé)

La SAS se distingue de la SARL de part la flexibilité statutaire : les actionnaires peuvent déterminer librement le contenu des “règles du jeux” (statuts).  La SAS est en principe réservé aux entrepreneurs avertis ou bien conseillés. La SARL, à contrario, offre une plus grande sécurité juridique : les statuts de la société sont imposés en grande partie par la loi, il y a peu de dérogations possibles.

En outre, le choix entre SAS et SARL peut s’orienter sur le statut social du dirigeant :

  • dans une SAS, le président est assimilé salarié

  • dans une SARL, si le gérant est majoritaire il sera considéré comme TNS sinon comme assimilé salarié, pour en savoir plus n,hésitez pas à cliquer ici

 

Pour plus de détails sur le choix du statut juridique, vous pouvez consulter cet article (lien Nos conseils pour le choix de votre statut juridique :

Créez votre société
en moins de 10 minutes

Immatriculation et KBIS en 48h

En cours (3 min):Comment ouvrir une salle de sport ?

back to top