News Agence-Juridique vient d’intégrer le groupe de média les Affiches Parisiennes et devient l’acteur numéro 1 des formalités juridiques en ligne

01 76 54 81 37
Créer une entreprise de conseil : les étapes clés

Créer une entreprise de conseil : les étapes clés

Mini-sommaire :
Créer une entreprise de conseil : les étapes clés

L’activité de conseil (ou de consulting) est réalisée par un professionnel disposant d’une compétence particulière, d’une expérience ou d’une expertise pour un domaine spécifique. Il s’agit donc de proposer une prestation de diagnostic, d’analyse, de formulation ou de recommandation pour le compte d’un client institutionnel, commercial ou particulier (cas plus rare cependant). Il peut donc soit disposer d’un simple rôle de recommandation, soit d’une mission double de recommandation avec leur mise en œuvre. Le consultant peut intervenir seul ou au sein d’un cabinet de conseil constitué d’un effectif varié, du consultant junior au consultant senior en passant par le chef de projet, le chef de mission et le directeur.

Si le secteur du conseil aux entreprises se porte extrêmement bien avec un marché en croissance permanente, créer une entreprise de conseil ne s’improvise pas pour autant. C’est pourquoi les équipes d’Agence-Juridique vous proposent un article vous expliquant les étapes clés afin de réussir votre démarrage. Nos spécialistes se tiennent également à votre disposition pour répondre à toutes vos interrogations ou pour accompagner votre projet, de l’immatriculation de l’entreprise à la rédaction du business plan.

Comment bien préparer votre démarrage d’activité ?

 

Comme pour tout lancement d’activité, la création d’une entreprise de consulting ne déroge pas à la règle d’une étude de marché, et de la stratégie marketing solide à réaliser.

L’activité de conseil peut concerner des marchés très divers : il n’existe pas de marché unique du conseil aux entreprises par exemple. Ainsi, vous pouvez créer votre entreprise et choisir d’intégrer le secteur du conseil stratégique, management, en informations, conseil juridique, marketing, comptabilité et fiscalité, recherche et développement, ressources humaines, formation… les possibilités sont très nombreuses.

L’étude de marché vous permettra de bien cibler la part qui vous concernera sur ce potentiel global d’environ 5,5 milliers d’euros, dominé par de grands noms du conseil et dont la clientèle essentiellement composée de PME/PMI attend généralement des retours sur investissement concrets et rapides.

La rédaction du business plan

 

Vous devrez ainsi partir de données chiffrées et de la gestion de votre entreprise et analysées pour démontrer en quoi votre solution de conseils permettra soit de répondre à une demande qui ne trouve pas encore d’offre adaptée, soit d’apporter une solution nouvelle qui séduira des clients afin de vous permettre de développer vos parts de marché et votre clientèle. A partir de cette étude de marché, vous devrez ainsi élaborer votre business plan détaillé comprenant notamment vos éléments tarifaires calculés, votre rentabilité et performance économique attendue ainsi que les moyens logistiques, financiers et en effectifs que vous comptez mettre en œuvre pour y parvenir. Enfin, vous devrez y expliquer et chiffrer votre développement attendu à moyen et long terme, en partant de la projection de clientèle attendue, de l’évolution de vos prestations et de vos tarifs, ainsi que des moyens humaines et matériels engendrant des frais fixes. N’oubliez pas plus globalement qu’un business plan est le meilleur moyen de démontrer la solidité, le sérieux et la fiabilité de votre projet afin de donner confiance et envie à de futurs partenaires et investisseurs de rejoindre votre navire.

Bon à savoir avant de vous lancer

 

L’exercice de la profession de consultant n’est pas réglementée et ne nécessite aucun diplôme particulier, bien que dans les faits il soit indispensable de justifier d’une formation, d’une expertise ou d’une expérience poussée pour convaincre des clients de votre sérieux. Au niveau tarifaire, vous pouvez élaborer une grille à la journée, à l’heure ou forfaitaire selon votre politique tarifaire souhaitée.

Pensez à bien prendre en compte par ailleurs les frais notamment de déplacement d’un client à l’autre qui peuvent s’avérer relativement nombreux. En effet, la profession exige beaucoup de mobilité auprès de vos clients, mais également pour pouvoir démarcher physiquement au contact de vos prospects et fidéliser vos clients historiques.

N’hésitez pas au démarrage à faire jouer votre réseau pour vous faire connaître, ou d’intégrer un club d’affaires. Enfin, n’oubliez pas l’aspect marketing et communication par exemple à travers une plaquette ou brochure qui vous permettra de laisser une trace chez vos prospects, et à faire connaître l’ensemble de votre offre de prestations.

Enfin, pensez à votre futur local administratif, vos bureaux. Souhaitez-vous exercer et domicilier votre activité chez vous ? Souhaitez-vous faire appel à la domiciliation d’entreprise, louer des bureaux ? De nombreux paramètres s’offrent à vous. Vous n’avez plus qu’à choisir la formule la plus adaptée à vos besoins et à vos capacités financières.

Quelle structure juridique pour démarrer votre activité ?

 

Vous ne pourrez exercer légalement votre activité qu’après avoir créé et immatriculé votre propre entreprise. Ce qui implique de choisir parmi la multitude de formes juridiques qui vous sont offertes. Si vous vous lancez en solitaire, pensez à la micro-entreprise avec un statut d’autoentrepreneur (souple mais aux plafonds de chiffre d’affaires relativement bas) ou à la SASU par exemple. Chaque formule offre ses propres atouts et inconvénients qui doivent être étudiés avec attention et confrontés à votre projet. Ainsi, selon que vous cherchiez une forte protection des associés, une entreprise souple, à plusieurs associés ou non, soumise au nom au régime fiscal de l’impôt sur les sociétés… la forme juridique choisie ne sera pas la même. Il est conseillé de faire appel à un professionnel pour vous accompagner durant cette phase délicate. En effet, de multiples formes sociales s’offrent à vous (SAS, SARL, EURL, EIRL, SASU…) disposant chacune de spécificités propres. Sans compter la tout aussi délicate rédaction des statuts qui visent à organiser le bon fonctionnement de la société (règles de majorité, processus décisionnel, possibilité de vote à distance entre associés, procédure d’agrément éventuelle…).

Enfin, pour confier la personnalité morale à votre entreprise et l’immatriculer, il est nécessaire de constituer et déposer un dossier complet auprès du Centre de formalités des entreprises (CFE). Celui-ci se compose entre autres d’un exemplaire des statuts rédigés, de l’attestation de parution d’une annonce de création dans un journal d’annonces légales (visant à informer les tiers de la constitution de votre société), ainsi que d’une copie de la pièce d’identité du gérant, mais également d’un formulaire M3 (disponible en téléchargement sur internet). Ce dossier est alors vérifié et une fois validé transmis au greffe du tribunal de commerce ainsi qu’à la recette des impôts pour enregistrement définitif. Une fois l’ensemble de la procédure validée, la société est alors immatriculée et un K-Bis vous est remis : vous pouvez dès lors démarrer votre activité avec une structure juridique légalement constituée !

Nos équipes vous accompagnement à tout stade de votre projet, de la préparation du business plan, à la rédaction des statuts, en passant par l’accomplissement des formalités de constitution de votre entreprise

 

En cours (3 min):Créer une entreprise de conseil : les étapes clés

back to top