Les intérêts de la SAS à l’impôt sur le revenu (IR)


En optant pour l’impôt sur le revenu, vous bénéficierez d’une fiscalité avantageuse. En effet, vous pourrez réduire le coût fiscal applicable à votre rémunération ainsi que le coût applicable aux charges sociales. 
En soumettant votre SAS à l’IR, le résultat de votre société sera soumis aux prélèvements sociaux (CSG) à des taux différents que vous soyez actionnaires ou dirigeant de la SAS :

  • au taux de 15,5% pour les actionnaires de la SAS
  • au taux de 8% pour les actionnaires dirigeants de la SAS (président ou directeur général) 

Le résultat de votre société est disponible tout au long de l’exercice social, pour récupérer les fonds vous n’avez donc pas besoin d’établir un bulletin de paie (sauf si vous souhaitez avoir une couverture sociale). 
Les actionnaires seront imposés directement à titre personnel proportionnellement à leur participation dans le capital. Leurs bénéfices, seront soumis aux cotisations sociales (8% pour les actionnaires dirigeants ou 15,5% pour les actionnaires non dirigeants) puis au barème progressif de l’impôt sur le revenu. 

Comparaison avec la SAS à l’impôt sur les sociétés (IS)


Dans une SAS à l’IS, le résultat n’est pas disponible pour une distribution de dividende tant qu’il n’est pas approuvé par l’assemblée générale (généralement 6 mois après la clôture de l’exercice comptable). 
Cependant, les actionnaires peuvent percevoir une rémunération en établissant un bulletin de paie mais le taux de cotisations sociales s’élèvera à plus de 70% (en moyenne 54% de patronales, 22% de charges salariales). L’avantage est que vous cotiserez pour une protection sociale ainsi que pour votre retraite. 
Une fois l’exercice clôturé, les bénéfices des SAS seront soumis à l’impôt sur les sociétés (IS) de la façon suivante :

  • les 38 120 premiers euros sont imposés au taux réduit de 15%
  • au-delà des 38 120 euros, les bénéfices sont imposés au taux normal de 33,33 %

Deux options sont envisageables quand votre société réalise un bénéfice :

  • soit il est mis en réserve : pas de coût supplémentaire, la société peut alors réinvestir les fonds
  • soit il est distribué aux actionnaires. Opter pour la distribution a cependant un coût : 15,5 % de prélèvements sociaux. Le coût après imposition est donc de 28,18 % si le résultat de votre société est inférieur à 38 120 €. 

Quels sont les avantages de l’IR ? 


Au niveau de l’imposition : Les actionnaires peuvent bénéficier du résultat de la société tout au long de l’année. Les cotisations sociales sur le résultat sont de 8 % pour les actionnaires dirigeants et de 15,5 % pour les actionnaires non dirigeants. 
La responsabilité des actionnaires est limitée aux apports dans la société. 


En cas de déficit : si votre société est en déficit (ce qui peut être le cas durant les premières années d’exercice de l’activité), le régime des sociétés de personnes permet aux associés de réduire leur taux d’imposition si l’entreprise ne dégage pas de bénéfice.

Quels sont les inconvénients de l’IR ?
Le résultat n’étant pas soumis aux charges sociales mais uniquement à la CSG/CRDS, vous ne possédez pas en contrepartie d’une protection sociale. Ainsi, vous n’êtes pas assimilé salarié, et ne cotisez donc pas au régime général de la sécurité sociale, ni pour votre retraite.
Cependant, il est toujours possible pour les actionnaires d’établir un bulletin de paie afin de cotiser pour une protection sociale et pour leur retraite. 
Si vous avez des investissements à réaliser avec votre société, le résultat sera taxé chez tous les actionnaires au barème progressif de l’impôt sur le revenu ce qui peut limiter vos réinvestissements. 

Conditions pour opter à l’IR


Toutes les SAS ne peuvent cependant pas opter pour l’IR, il faut en effet réunir plusieurs conditions cumulatives :

  • exercer une activité à titre principal (industrielle, commerciale, agricole, commerciale ou libérale)
  • avoir moins de 5 ans d’exercice à la date d’exercice pour laquelle est demandé l’IR.
  • avoir un capital social détenu à 50% minimum par une personne physique, et dont le/les dirigeant(s) détiennent au moins 34% du capital social
  • employer moins de 50 salariés et avoir un chiffre d’affaire inférieur à 10 millions d’euros au cours de l’exercice

Comment opter pour l’IR


Les SAS sont en l’absence de choix soumises à l’IS. Vous pouvez néanmoins opter pour une imposition des bénéfices à l’IR pour une durée de cinq ans non renouvelables à deux moments :

  • au moment de la constitution de la société ou en cas de changement de forme. Ce choix est valable pour une durée de 5 ans, et doit être fait dans l’annexe « Déclaration fiscale » contenu dans le formulaire M0 constituant la déclaration de constitution de la société. 
  • dans le cas où vous n’avez pas opter à la création de votre société pour l’IR, vous êtes donc soumis à l’IS mais vous avez la possibilité de changer d’imposition avec l’accord de tous les associés. Dans ces cas-là, il faudra notifier votre décision au service des impôts dans les 3 premiers mois de l’exercice pour lequel vous voulez que l’option s’applique.

Attention, en optant pour le régime de l'impôt sur le revenu, vous devez adhérer à un centre de gestion agrée pour éviter d'avoir une majoration de 25% sur votre résultat. Le coût d'un centre de gestion est d'environ 250 € par an. 

Vous pouvez toujours au cours des cinq années, renoncer à l’IR dans une décision notifiée au service des impôts par lettre recommandée avec accusé de réception, et ce dans les trois premiers mois de la date d'ouverture de l'exercice à compter duquel cette renonciation s'applique. Cependant, cette renonciation est définitive, vous ne pourrez pas revenir après sur votre choix. 

Il ne vous reste plus qu’à constituer votre SAS avec agence-juridique !